Un stylo rouge pour la démocratie



      Pour exiger des élections enfin démocratiques,

signons à l’encre rouge, la liste électorale.


Un suffrage à quatre bulletins

Une enveloppe à quatre compartiments

Chaque électeur prend une enveloppe à quatre compartiments et y glisse, dans l'ordre de gauche à droite, les bulletins de ses quatre candidats préférés.

Avant d'être introduite dans l'urne, l'enveloppe est poinçonnée de telle sorte que le poinçon indique le rang de 1 à 4 de chaque bulletin d'un même électeur, et marque un numéro aléatoire identique sur les quatre bulletins d'un même électeur.

C'est plus compliqué que de mettre un seul bulletin dans une enveloppe, mais donner aux Français le candidat qu'ils veulent réellement choisir justifie déjà cette petite complication facultative (et rien n'empêchera de ne mettre qu'un seul bulletin).

 Permettre à un candidat, puis au Président de la République, de défendre ses idées, ses convictions sincères sans compromis est une justification encore meilleure.

Le choix entre ce système de vote juste, et le système actuel qui «  vote faux  » (puisqu'il ne fait pas forcément élire le président voulu par les Français) est analogue au choix entre une calculatrice simple d'emploi, mais qui fait des erreurs, comme 2+2 = 5, ou une calculatrice un peu plus compliquée, mais qui donne le bon résultat.

Un dépouillement informatisé en plusieurs passes

Le dépouillement se fait en plusieurs passes, en éliminant chaque fois le moins bon candidat.


Ce principe étant exposé, il n'est pas forcément nécessaire de lire le détail qui suit et qui peut être rébarbatif.


Première passe

Pour chaque vote d'un électeur, on considère uniquement le candidat placé en premier par l'électeur. Chaque candidat obtient ainsi un pourcentage de bulletins sur lesquels il est placé en premier.

Le candidat qui obtient le plus faible pourcentage est éliminé.

Deuxième passe

On répète exactement ce qui a été fait pour le premier passage, en ne considérant, pour chaque vote, que le candidat placé en premier par l'électeur. Mais si celui-ci est le candidat éliminé, on fait comme si c'était le suivant qui avait été placé en premier par l'électeur.

On élimine ainsi un second candidat.

Passes suivantes

On répète cette opération, en considérant donc pour chaque vote le premier candidat non éliminé. Ainsi, si le vote d'un électeur comporte dans l'ordre Hollande, Hulot, Sarkozy, Bayrou, et que Sarkozy et Hollande, ont déjà été éliminés, Hulot devient le premier nom de la liste pour ce bulletin.

Si tous les candidats classés par un électeur ont été éliminés, on ne tient plus compte de ce bulletin lors des passes suivantes.

On s'arrête lorsqu'il ne reste que deux candidats

Étudier précisément les propositions des deux candidats retenus, en vue d'un second tour, permettra un choix mieux informé que l'élection du dernier «  survivant  » dès le premier tour.

Les contrôles

Le vote proposé n'est pas un vote électronique, mais un vote sur papier qui permet un contrôle efficace.

Tous les bulletins sont numérotés. Lors du dépouillement, certains bulletins, après traitement, sont prélevés de façon aléatoire sous contrôle des scrutateurs, et mis sous scellés.

La base de données des bulletins est rendue publique (mise en ligne sur internet), avec les données de chaque bulletin de vote (classement des candidats et numéro du bulletin).

Cela permet de vérifier l'exactitude de la base de données des bulletins, en comparant les données utilisées pour le dépouillement et les bulletins mis sous scellés.

Cela permet aussi de répéter et vérifier l'analyse informatique des bulletins pour en contrôler les résultats.

Des mises au point nécessaires

Ce mode de scrutin est imparfait. Des simulations de votes permettront d'affiner les modalités définitives. On peut permettre de classer seulement deux candidats, ou bien cinq.....

Mais déjà, des élections selon ces modalités donneraient aux Français de bien meilleures chances d'avoir le Président qu'ils souhaitent, et de bien meilleures chances d'avoir un Président qui n'aura pas été amené à des compromissions qui entraveront son action.


Un vote classant tous les candidats serait complexe

Le mieux serait de faire classer tous les candidats par chaque électeur, mais cela risque de devenir trop compliqué (même avec un vote assisté sur tablette tactile ou un vote sur papier calque permettant de recopier dans l'isoloir un bulletin préparé chez soi).

Il faut trouver un équilibre entre solution parfaite et complexité du vote.


Exemple de bulletin de vote complet  :

Exemple d’un mode

de scrutin plus efficace.

(extrait non actualisé d’un livre publié en 2011)


 Retour vers la première page